Le roucou l’urucum bio antioxydant naturel puissant (Bixa orellana) est un arbre ou arbuste des régions d’Amérique tropicale.

On l’appelle aussi urucum (au Brésil) Achiote (en Bolivie), rocouyer ou arbre rouge à lèvre. Il tire son nom de la langue des Tupis qui le nomment urucu ; en anglais et en espagnol il se nomme achiote (nom tiré du nahuatl). Il est aussi cultivé dans le sud-est asiatique, où il a été introduit à travers Acapulco au xviie siècle.
Ses fleurs sont roses et il donne des fruits rouges à épines remplis de graines, rouges elles aussi.
Son fruit, le rocou (ou roucou, annatto, achiote) n’est pas comestible. Il est récolté puis séché pour en extraire la cire qui entoure les graines, très riche en caroténoïdes ( antioxydant naturel puissant).

Roucou Urucum bio

Roucou Urucum bio

Composition

Le roucou urucum  possède une très forte teneur en vitamine A (environ 3,2 g pour 100 g), et contient beaucoup de sélénium, magnésium et calcium.

Utilisation

Les autochtones d’Amérique du Sud et des îles caraïbes s’en servent comme pigment pour leurs peintures corporelles ou comme aromate.
La médecine traditionnelle lui prête de nombreuses vertus curatives. Le rocou sert aussi de crème solaire naturelle et permet d’éviter les piqûres d’insectes.
Il fait partie des ingrédients du Tascalate.
Il est actuellement utilisé comme colorant alimentaire (code européen E160b). Certains fromages comme la boulette d’Avesnes, la mimolette, le cheddar, l’edam, le Rouy ou le leicester rouge, lui doivent leur couleur orangée. La croûte de certains livarots est également lavée avec du roucou. Traditionnellement il servait aussi à teindre les filets de haddock. C’est aussi un des ingrédients du recado rojo, une sauce pimentée mexicaine.


L’urucum bio antioxydant naturel puissant, aussi appelé rocou, est une petite graine rouge dont on tire une poudre colorée.

Très riche en anti-oxydants, l’urucum prévient le vieillissement et assure une protection contre les radicaux libres. Il permet aussi de préparer la peau au soleil en favorisant la synthèse de mélanine. Enfin, outre ces propriétés nutritionnelles et cosmétiques, l’urucum s’utilise comme colorant naturel et aromate en cuisine : cette poudre rouge a décidément bien des atouts !

Cosmétiques bio : préparer sa peau au soleil avec l’urucum

Cosmétiques bio : préparer sa peau au soleil avec l’urucum

De l’arbuste à la graine

L’urucum, de son nom botanique Bixa orellana, est un arbuste originaire d’Amazonie. Il est également appelé rocou, rocouyer ou roucou. Il donne des fleurs roses qui, une fois fécondées, se transforment en fruits. Ces fruits (semblables à des capsules couvertes d’épines molles) renferment de petites graines de couleur rouge brique, que l’on utilise sous forme de poudre, comme colorant naturel (nom de code : E160b), complément alimentaire ou encore ingrédient cosmétique. Les deux principales substances colorantes contenues dans l’urucum sont la bixine et l’oreline.

Atouts nutritionnels : richesse en anti-oxydants

La principale particularité de l’urucum est son extraordinaire richesse en béta-carotène (ou pro-vitamine A) : il en contient jusqu’à 100 fois plus que la carotte. L’urucum, pris sous forme de complément alimentaire, présente ainsi deux atouts :

Il stimule la production de mélanine par les cellules et prépare la peau au soleil en lui donnant un léger hâle naturel ;

– Il est hautement anti-oxydant et ralentit le vieillissement cutané. Il protège aussi les cellules contre les méfaits des UVA solaires et piège les radicaux libres qui apparaissent sous l’action des UV.

Autre qualité non négligeable, l’urucum renferme d’intéressantes quantités de minéraux et oligo-éléments : sélénium en particulier, mais aussi magnésium, calcium, zinc et cuivre.

L’urucum en cosmétique : pigment naturel et protection solaire

Les Indiens d’Amazonie utilisaient l’urucum comme pigment rouge pour leurs peintures corporelles : au-delà de la fonction purement esthétique et de la symbolique rattachée à cette coutume, l’urucum contribuait à protéger la peau des brûlures du soleil et des piqûres d’insectes (en agissant comme répulsif à l’égard des moustiques, notamment).

La cosmétique bio et naturelle s’est inspirée de cette utilisation traditionnelle de l’urucum, qu’elle utilise dans les fards à paupières, les blush, les fonds de teints, les crèmes teintées ou les huiles “bonne mine”… Ce n’est pas pour rien que cet arbuste est parfois appelé arbre rouge à lèvre !

Par ailleurs, l’urucum offre naturellement à la peau une légère protection solaire : il peut donc être appliqué sous forme d’huile solaire pour les peaux déjà bronzées ou les faibles ensoleillements.

L’urucum en cuisine, pour des plats colorés et subtilement parfumés

En matière de cuisine et de préparations alimentaires, l’urucum est également apprécié : aux Antilles, par exemple, on l’utilise pour colorer et assaisonner les plats (l’urucum a un goût légèrement safrané). Plus près de nous, il a de nombreuses applications : il donne leur teinte orangée aux filets de haddock, et colore la croûte ou la pâte de nombreux fromages comme le cheddar, l’edam, la mimolette, le livarot, le rouy et parfois la boulette d’Avesnes (qui peut aussi être roulée dans du paprika). L’urucum permet également de préparer des plats aussi savoureux que colorés : pâtes, riz, quinoa, poissons, poulet, sauces…